Interview Julie Grimard

Interview Julie Grimard

Julie Grimard sera présente au Salon du Livre L’Encre et les mots qui se déroulera les 12, 13 et 14 novembre 2021 à La Rochelle

Pouvez-vous vous présenter brièvement ?

Maman, amoureuse, chef à domicile, autrice, guerrière engagée… ou alors mamoureuse, autrice, guerrière engagée, chef à domicile… ou… guerrière engagée et… C’est difficile de se présenter ! Qui suis-je en premier ?
Je suis tout ça en même temps, l’ordre dépend des jours et des priorités.
Sinon pour une présentation chiffrée j’ai à peine dépassé la quarantaine cette année en août,  j’ai quatre enfants (de 19 à 8 ans) et un doux amoureux, nous vivons dans les Cévennes.

 

Parlez-nous du/des roman(s) que vous allez présenter au Salon L’Encre et les mots :

“Il a brûlé ma maison” est un roman autobiographique qui retrace une partie de mon combat pour tenter de mettre mes enfants et moi-même à l’abri d’un homme violent.
J’y dénonce une société aveugle, engluée dans sa mauvaise foi et centrée sur son petit nombril pourvu que rien ne vienne entacher sa tranquillité de façade.
Ce roman est premier cri d’alerte. Je ne compte pas m’arrêter là !

 

Pouvez-vous nous parler de votre prochain roman à paraître ou en cours d’écriture ?

Deux projets en cours d’écriture. Notamment un thriller. Une histoire de pardon impossible, de vengeance et de justice personnelle dans une société corrompue par un patriarcat désuet et des médias contrôlés par le politiquement correct. Un nouveau roman qui me tient lieu, peut-être, de thérapie une nouvelle fois.

 

À quels autres salons serez-vous présent prochainement ? 

Pas d’autres salons prévus avant le printemps ou l’été 2022.
Je suis en pleine création d’une association de soutien et d’accompagnement aux femmes et à leurs enfants victimes de violences conjugales, ce qui me prend beaucoup de temps et d’énergie.

 

Un message à passer aux lecteurs de La Rochelle et des environs ?

N’hésitez pas à tourner les pages de mon roman, osez toucher du doigt la réalité, remettez en question vos idées reçues et peut-être qu’ainsi nous deviendrons le terreau fertile d’une société plus attentive et plus courageuse.  

Jennifer Pereira